Les critères d'admission

Tel que mentionné auparavant, nous accueillons des hommes et des femmes âgés de 18 ans et plus qui sont affectés par une dépendance à l'alcool et/ou aux drogues. Les personnes hébergées proviennent de la Mauricie et du Centre-Du-Québec et d'ailleurs au Québec. Elles sont référées par les organismes gouvernementaux (services spécialisés en dépendance, hôpitaux, C.L.S.C., etc.), les centres de désintoxication et les organismes communautaires. Finalement, le public peut contacter directement notre organisme pour de l'information ou une demande d'admission. Toutes les admissions se font sur une base volontaire, du lundi au jeudi entre 9 h et 17 h.

Chaque individu doit être apte intellectuellement à recevoir le traitement et physiquement capable de se déplacer dans les locaux. Une personne désirant être admise en traitement doit au préalable être évaluée afin de s'assurer que les services offerts par le Pavillon de l'Assuétude répondent à ses besoins. De plus, l’individu doit démontrer un degré de motivation nécessaire au changement. Ce niveau de motivation est évalué à l'aide du questionnaire RCQ qui nous indique à quel stade de changement la personne hébergée se situe. Le niveau de motivation doit être soutenu par des efforts constants ainsi que par le respect des règlements et du code de vie, auquel la personne doit s'engager. Pour être admis, l’individu doit également avoir obtenu un résultat pour une référence en centre spécialisé en toxicomanie à l'outil NiD-ÉP.

Considérant que le Pavillon de l'Assuétude n'offre pas de programme exclusif pour les joueurs pathologiques, une entente de partenariat prévoit que les personnes hébergées aux prises avec cette problématique soient orientées vers les services spécialisés du CIUSS MCQ afin de participer à un programme de réadaptation.

« Les substances... ont pour effets d'atténuer les sensations de douleur et la perception de difficultés de la vie chez l'individu, tout en le rendant moins capable d'affronter ces difficultés. C'est ainsi que se déclenche le cycle de l'assuétude. » Stanton Peel